Les créations en liceParticiper

Bienvenue sur l'une des créations en lice pour la 8ème édition des Chatons d'Or, le festival de la nouvelle économie créative.

Comme chaque année, les Chatons d’Or font émerger les idées au prisme de 8 catégories représentant 8 champs de la société. Pour chaque champs, deux prix pour se faire les griffes :– Un prix « ouvert » avec des campagnes ou projets libres : print, film, digital, projet artistique, asso, startup, application, nouveau média, bref toutes les idées peu importe leur forme.– Un prix spécial avec un brief.

Vous pouvez poster votre campagne/projet en mode privé pour que rien ne soit dévoilé.

Du 10 avril au 10 mai 2019, vous pouvez envoyer – gratuitement – autant de créations ou dossiers que vous le désirez, dans toutes les catégories. La grande soirée de remise des prix aura lieu le 5 juin et rassemblera plus de 1000 décideurs, influenceurs et acteurs de l’économie créative dans un lieu prestigieux à Paris.

Bienvenue sur la plateforme de participation de la 8ème édition des Chatons d'Or, le festival de la nouvelle économie créative.

A bientôt ! 

LES OKAPITCHS

Par : Devin Yannick

Dans la catégorie ARTS & CULTURES - Prix du projet "Arts & cultures"

Contexte
Il n'est pas nécessaire de s'étendre sur l'importance du quatrième de couverture d'un roman. Il suffit en effet d'observer le manège, toujours le même, des clients furetant au hasard des rayons d'une librairie. Après un rapide coup d'oeil sur la couverture pour y contempler le visuel et y lire le titre et le nom de l'auteur, ils retournent le livre et avalent le pitch sensé les mettre en appétit. La prolongation de l'examen ou le rejet rapide du livre révèle, l'instant d'après, l'autorité exercée par ce petit paragraphe loin d'être anodin. Car ce dernier, en quelques mots, doit créer l’envie. En racontant, en donnant, en expliquant, et ce sans toutefois trop en dévoiler pour garder intact l’appétit du potentiel futur acheteur. En effet, naviguant dans une économie complexe et risquée faites de prototypes, les éditeurs de romans doivent mettre en place la meilleure communication possible pour chacune de leurs acquisitions. Et de cette communication, le pitch constitue donc l’élément central. C’est conscient de son importance irremplaçable dans la promotion d’un livre que j’ai lancé les OKAPITCHS l’année dernière. Le principe est simple : inviter les lycéens de La Rochelle, ma ville, à imaginer, le temps d’un concours, des pitchs de romans fictifs, et ce à partir de fausses couvertures de livres créées pour l’occasion par des graphistes professionnels. Evidemment, associer ainsi la communication et la littérature, c’est toucher à l’ambivalence même de ce domaine qui oscillent en permanence entre art (le cinquième) et commerce, entre artisanat et industrie. Il n’y a pourtant aujourd’hui plus de doute : même si le discours officiel de certains réfractaires rejette toute insinuation commerciale, les créations produites par la littérature sont bien à la fois des oeuvres d’arts ET des produits. En deux mots, des produits culturels ! Ainsi, le travail de la cinquantaine d’élèves ayant participé à la première édition des OKAPITCHS a consisté à faire cohabiter ces deux pôles et à proposer des pitchs faisant preuve d’imagination (le côté « art ») tout en proposant, dans leur rédaction, une approche publicitaire, donc commerciale (le côté « communication »), le tout en respectant évidemment le travail de l’artiste ayant fourni le visuel les ayant inspirés. Une démarche à la fois artistique et marketing qui a connu un tel succès public et critique qu’il était évident que le projet devait désormais coloniser un plus vaste territoire, la seconde édition s’ouvrant officiellement à l’ensemble des lycées de Nouvelle-Aquitaine.
Justification
Depuis treize ans que je travaille auprès des lycéens, j'ai pu constater, au sein des deux principaux ateliers (cinéma et bande dessinée) que j'encadre chaque année, que la plupart de mes élèves ont de plus en plus de difficultés à produire des textes, même courts. Mon observation des réseaux sociaux m'a par ailleurs permis de remarquer que lorsque les lycéens se mettent à écrire, ils passent plus de temps à recopier des textes existants qu'à rédiger leurs propres contenus. J'ai ainsi réalisé combien l’acte d'écriture est devenu pour eux complexe, demandant la mise en oeuvre d’une série de savoirs qu’ils ne maîtrisent plus forcément. Au point qu'aujourd'hui, nombreux sont ceux qui se sentent découragés avant même de commencer à écrire. Et la perspective des jets et corrections successives n’arrange rien. L’objectif principal des OKAPITCHS est donc de RAMENER LES JEUNES VERS L’ECRITURE, et ce en leur offrant une situation de production où l’acte rédactionnel devient synonyme de plaisir et de fierté par le rendu final offert à leur travail.

Les visuels