Les créations en liceParticiper

Bienvenue sur l'une des créations en lice pour la 8ème édition des Chatons d'Or, le festival de la nouvelle économie créative.

Comme chaque année, les Chatons d’Or font émerger les idées au prisme de 8 catégories représentant 8 champs de la société. Pour chaque champs, deux prix pour se faire les griffes :– Un prix « ouvert » avec des campagnes ou projets libres : print, film, digital, projet artistique, asso, startup, application, nouveau média, bref toutes les idées peu importe leur forme.– Un prix spécial avec un brief.

Vous pouvez poster votre campagne/projet en mode privé pour que rien ne soit dévoilé.

Du 10 avril au 10 mai 2019, vous pouvez envoyer – gratuitement – autant de créations ou dossiers que vous le désirez, dans toutes les catégories. La grande soirée de remise des prix aura lieu le 5 juin et rassemblera plus de 1000 décideurs, influenceurs et acteurs de l’économie créative dans un lieu prestigieux à Paris.

Bienvenue sur la plateforme de participation de la 8ème édition des Chatons d'Or, le festival de la nouvelle économie créative.

A bientôt ! 

Ordinairement sexiste

Par : Salomé Lundy, Iris Veyssière, Clothilde Bouan, Blandine Righi, Van Yen Meunier, Bérénice Bouvard

Dans la catégorie 2018

Contexte
Lors de notre workshop de participation au concours du club des directeurs artistiques, dont le thème était le sexisme ordinaire, supervisé par Richard Dupuy notre professeur de l'ECV, nous avons formé un groupe de six filles. De par notre expérience, nous avons pensé aux situations subies quotidiennement mais dont on ne se rend pas forcément compte. De là a découlé notre campagne Ordinairement sexiste.
Justification
Le sexisme ordinaire est une affaire de tous les jours. C’est bien ici que se concentre le problème : notre quotidien. Les situations discriminant les sexes sont régulièrement banalisées. Celles ci étouffent les discours contestataires, et paralysent toute possibilité de changements. Le sexisme ordinaire issu de notre inconscient apparait dans des circonstances parfois triviales, et laisse alors fantasmes et images de l’inconscient collectif prendre la parole et émettre un jugement. « Ordinairement sexiste » met en scène des images du quotidien de façon suggestive, volontairement ambigüe. Mais que voyons-nous ? Nos projections, nos fantasmes ? Ou bien seulement un geste anodin ? Prenons du recul pour ne pas devenir « Ordinairement sexiste » !

Les visuels