Les créations en liceParticiper

Bienvenue sur l'une des créations en lice pour la 8ème édition des Chatons d'Or, le festival de la nouvelle économie créative.

Comme chaque année, les Chatons d’Or font émerger les idées au prisme de 8 catégories représentant 8 champs de la société. Pour chaque champs, deux prix pour se faire les griffes :– Un prix « ouvert » avec des campagnes ou projets libres : print, film, digital, projet artistique, asso, startup, application, nouveau média, bref toutes les idées peu importe leur forme.– Un prix spécial avec un brief.

Vous pouvez poster votre campagne/projet en mode privé pour que rien ne soit dévoilé.

Du 10 avril au 10 mai 2019, vous pouvez envoyer – gratuitement – autant de créations ou dossiers que vous le désirez, dans toutes les catégories. La grande soirée de remise des prix aura lieu le 5 juin et rassemblera plus de 1000 décideurs, influenceurs et acteurs de l’économie créative dans un lieu prestigieux à Paris.

Bienvenue sur la plateforme de participation de la 8ème édition des Chatons d'Or, le festival de la nouvelle économie créative.

A bientôt ! 

Musique en liberté

Par : Thomas Sylvain

Dans la catégorie 2018

Contexte
Manifeste Moi, Sylvain THOMAS, Pianiste Concertiste, compositeur Grand Prix du Concours International de Composition Notre-Dame et la mer, ai toujours interprété le répertoire classique selon ma sensibilité. Je n’ai jamais pu me plier aux exigences d’interprétation de mes professeurs. Ma sensibilité a toujours été la plus forte. Je l’affirme, je me sers de musique non la sers. Un jour j’ai croisé une pianiste qui n’a jamais pu choisir entre sa sensibilité et les injonctions d’interprétation de ses professeurs. Elle en était particulièrement frustrée. Je pense que beaucoup de musiciens souffrent de ce dilemme. En réaction face a une uniformisation des jeux de beaucoup de pianistes issus des concours nationaux ou internationaux, face aussi à une vision assez cérébrale de l’interprétation qui circule très souvent en France, et aussi convaincu que l’art, la musique, les interprétations ne peuvent que s’enrichir de la diversité et de l’originalité de chaque personnalité musicale, j’ai décidé de militer en faveur d’une interprétation du répertoire libérée tout ou en partie des contraintes des traditions et des indications figurant sur les partitions. Je suis intimement convaincu que la sensibilité des musiciens libérée de ces dernières génère des interprétations plus sincères, plus émouvantes, plus fortes. L’émotion contenue dans les partitions, car très majoritairement c’est cela qui inspire le compositeur, donc l’émotion contenue dans les partitions que la sensibilité des musiciens perçoit et cherche à retranscrire à sa manière, ainsi libérée d’un carcan qui peut s’avérer inhibiteur si le musicien ne le ressent pas, peut ainsi s’exprimer pleinement à travers l’instrumentiste. Les indications sur la partition ne sont que la forme. L’émotion est la matière première. Elle est fondamentale car c’est l’humain, elle est universelle. Je ne cherche nullement à rentrer en guerre contre les musiciens qui cherchent à servir la musique. Je désire juste que ma conception de l’interprétation cohabite avec cette dernière comme une alternative pour les musiciens qui se sentent à l’étroit dans un cadre d’interprétation qui ne leur permet pas de s’exprimer. J’ai donc décidé de créer une association ou les musiciens classiques qui le désirent, peuvent trouver à travers des concerts organisés, un espace de reconnaissance et de liberté pour exprimer leur sensibilité, ainsi dégagés de la partition et des exigences des traditions et des contraintes de l’interprétation classique. C’est le but de l’association « Interprétation en liberté ». Contact ; sylvain.thomas75@laposte.net Tél. : 06.19.72.37.11
Justification
Car le domaine de ma musique classique que je connais depuis bien longtemps est un domaine sclérosé, figé par tant de personnes, professeurs et/ou interprètes qui pensent chacun posséder la vérité et essaient de l'imposer comme une valeur absolue. L'art est subjectif par nature et cela me révolte.